les ambassadeurs d'azoth systems

Plongeurs tek ou managers de plongeurs professionnels, découvrez les portraits de nos ambassadeurs. Ils nous font part de leurs premières impressions sur l’innovation O’Dive et nous livrent leurs meilleures expériences de plongée.

Frédéric SWIERCZYNSKI

Plongeur Explorateur

Pur produit du Sud-Ouest, fils d’un ancien international de rugby, sport qu’il a lui-même pratiqué dans sa jeunesse, Frédéric Swierczynski découvre la chasse sous-marine aux alentours de 7 ans et passe alors le plus clair de son temps en mer et sous l’eau. Il essaie ensuite de marier passion et vie professionnelle, en créant sa propre structure de plongée, très avant-gardiste à l’époque. Après une vingtaine d’années d’entreprenariat, se disant que la vie passait trop vite et il décide de réaliser ses rêves.

Azoth Systems et vous ?
Notre rencontre remonte à moins de deux ans. Une relation commune qui officie dans les médias m’a présenté Julien Hugon. Nous avons tout de suite fait connaissance et compris tout l’intérêt que nous pouvions avoir à collaborer : ils cherchaient des utilisateurs, je cherchais une solution pour évaluer la qualité de ma décompression.

Que pensez-vous du potentiel produit ?
Cette solution est très facile d’accès : portable, elle ne demande pas de manipulateur ou d’installations coûteuses, ni de connaissances avancées en médecine pour la collecte rapide des données. Elle est donc idéale à mettre en œuvre après la plongée et va rapidement trouver ses adeptes dans une discipline où le matériel mis en œuvre est déjà important, mais aussi où la technique et la physiologie font partie du scénario, de la passion, de la curiosité.

Vos meilleures expériences de plongée ?
Les premières, à l’âge de 18 ans, à la découverte d’épaves jamais explorées sur la côte atlantique, menant naturellement à ma première plongée profonde en solo à plus de 115 mètres. Puis les premières longues explorations en équipe sous terre dont celle de ‘ font del truffe ‘ durant plus de 20H. Ont suivi des explorations toujours plus profondes et toujours plus engagées mais qui, au final, ne le sont pas… Car à chaque fois, la taille de la marche est la même… Ce n’est qu’une progression. Mais mon plus beau souvenir reste le siphon numéro 3 de la ‘Mescla’ par – 267 mètres.

Jord LUCAS

Responsable des plongées Groupe Total

Jord Lucas a effectué la première partie de sa carrière au sein de la Marine Nationale, où il a fini par occuper un poste d’expert plongée pour les Armées. Il est aujourd’hui responsable des opérations sous-marines (Plongée et ROV) pour le groupe TOTAL (branche exploration/production).

Azoth Systems et vous ?
TOTAL soutient le projet de BF Systèmes depuis ses débuts. J’ai assuré la continuité de ce soutien à ma prise de fonction en 2015. C’est logiquement que, par la suite, j’ai suivi la mutation de BF Systèmes vers Azoth. Les opérations de plongée offshore s’appuient sur quelques tables de plongées éprouvées. Pour autant, les mêmes tables s’appliquent pour des conditions de travail très diverses, que ce soit en termes de météorologie, de températures d’eau, d’intensité de travail sous-marin, de durée de campagne, de caractéristiques individuelles (poids, taille, âge…) alors même que tous ces facteurs agissent sur la qualité de la désaturation des tissus. Azoth Systems doit permettre de mieux appréhender in situ l’exposition au risque et donc d’améliorer la sécurité des personnels.

Que pensez-vous du potentiel produit ?
Même si les méthodes employées par l’industrie sont éprouvées en termes de sécurité, l’intensité des travaux sous-marins surexpose les plongeurs, et il arrive encore que des accidents surviennent. Cet outil devrait permettre à la fois de renforcer la sécurité et d’optimiser les temps de travail sous l’eau.

Vos meilleures expériences de plongée ?
La mer du nord pour la clarté des eaux, la Méditerranée pour l’accès facile aux eaux profondes, la Bretagne pour les épaves, la Manche pour le contreminage et la Polynésie pour la faune et la flore !

Ghislain BARDOUT

Plongeur Explorateur

Ancien élève de l’école Polytechnique de Lausanne, Ghislain Bardout découvre la plongée à 14 ans, à Cavalaire. Cette passion très forte, a guidé son parcours. Il commence dans la voie de l’exploration alors qu’il est encore étudiant, et interrompt son master pendant deux ans pour travailler avec Jean-Louis Etienne. Au terme de cette expérience très formatrice, il reprend ses études tout en lançant en parallèle les expéditions Under the Pole.

Azoth Systems et vous ?
Nous travaillions déjà depuis longtemps avec Jean-Eric Blatteau (associé de AZOTH SYSTEMS), qui nous a mis en contact avec Julien Hugon. Nous avons ensuite rencontré Axel Barbaud et en 2014-2015, sur la deuxième expédition Under the Pole, nous avons mis en place une première collaboration, un programme d’accompagnement physiologique pour les plongeurs. Azoth nous apporte une expertise très ciblée, très personnalisée et très pointue, pour travailler sur la prévention, sur le suivi en temps réel de nos procédures de décompression, notamment en termes de décompression, mais aussi sur la personnalisation du protocole de décompression à l’occasion de missions un peu originales.

Que pensez-vous du potentiel produit ?
C’est une réelle innovation, importante, et qui tranche vraiment avec tout ce qui a été fait jusqu’à aujourd’hui. Il peut apporter beaucoup en sécurité, à condition d’être suffisamment simple d’utilisation pour que la communauté des plongeurs l’adopte. Mais je fais entièrement confiance à Azoth Systems pour relever ce défi.

Vos meilleures expériences de plongée ?
Elles sont nombreuses, mais je citerai les plongées dans le grand Nord, dans des eaux absolument glaciales, somptueuses, avec des visibilités parmi les meilleures au monde. Que ce soit au Pôle Nord, sous la banquise ou, comme l’été dernier, sur des falaises regorgeant de vie, ce sont des plongées d’exception, que l’on ne réalise qu’une fois car les occasions d’y aller sont extrêmement rares. Elles ont pour cadres des endroits reculés, que seuls très peu de gens ont explorés parce qu’ils se trouvent au bout du monde. Il peut s’agir des régions polaires, d’une île isolée en plein milieu du Pacifique ou des grandes profondeurs.

https://www.underthepole.com/